GRAND PUBLIC IUMPLANT DENTAIRES

implantologie

 spacer visite guidée en 3 clics
 spacer les progrès
 spacer la greffe osseuse
 spacer la mise en charge immédiate
 spacer la robotique en implantologie
 spacer les avantages
 spacer implantologie guidée
 spacer procédures chirurgicales
 spacer questions fréquentes
spacer
spacer

contact

 spacer Formulaire
spacer
spacer


 


Questions fréquement posées

Combien de temps durent des implants dentaires ?
Des études menées à travers le monde témoignent d'un taux de succès élevé des implants dentaires, soit une durée de vie s'échelonnant entre 20 et 25 ans. Évidemment, la longévité de vos implants sera grandement influencée par une foule de facteurs reliés à votre état de santé générale et à vos habitudes de vie, incluant le tabagisme, le bruxisme (grincement de dents) et l'hygiène buccale. Toutefois, si vous avez été convenablement évalué avant le début du traitement, vos chances de succès sont extrêmement élevées.
L'entretien des implants permettra d'assurer le succès à long terme de votre traitement. Vous devrez maîtriser chaque jour votre plaque bactérienne. Il est souhaitable de consulter, votre chirurgien dentiste, au moins deux fois par an.

Y a-t-il un âge idéal pour la pose d'implants ?
Non, les implants sont la meilleure solution à tout âge, mais ne rien faire avant 18 ans.
Pour certaines, on évitera les problèmes d'atrophie osseuse causée par l'absence d'une ou de plusieurs dents. Les personnes plus âgées gagnent en confort et en qualité de vie.

La pose d'implants est-elle douloureuse ?
Non, la pose d'implants sous anesthésie locale se compare à l'extraction d'une molaire.

Les implants causent-ils des risques d'infection, d'allergie ou autres ?
Non. La pose d'implant est effectuée depuis plus de trente ans. La technologie moderne, dont l'utilisation du titane et de son traitement, a fait preuve de son innocuité depuis des années.

Contre-indications à la pose d'implant?
Bien sûr, comme dans tout acte chirurgical. En premier, un mauvais état général (maladies sanguines, diabète non équilibré, cancers, troubles psychiatriques profonds...) interdit la pose d'implant. La relation avec son chirurgien dentiste traitant est, dans tous les cas, nécessaire.
En second lieu, l'état de la bouche est capital : outre un brossage rigoureux des dents, les caries et les problèmes de gencive doivent être impérativement soignés avant tout acte implantaire. Ce qui importe également, c'est la quantité d'os (hauteur et largeur), sa qualité (os mou, par exemple) et les obstacles anatomiques (nerfs, cavités).

Quels sont les examens préliminaires?
Pour juger de l'état général, un bilan sanguin est pratiqué. Si l'intervention s'effectue sous anesthésie générale (rare) ou sous analgésie (plus fréquente), une consultation avec l'anesthésiste est indispensable.
Puis viennent les examens radiologiques tels que radiographie panoramique, téléradiographie et scanner.
Enfin, l'examen clinique local est pratiqué avec l'appréciation de la hauteur entre les maxillaires, la réalisation de modèles d'étude en plâtre à partir desquels le résultat esthétique final de la future prothèse sera simulé.

Où et comment se déroule l'intervention?
Le lieu chirurgical doit offrir des garanties de stérilité et de sécurité pour le patient.
Certains cabinets dentaires offrent des locaux spécialement aménagés.

Quels sont les risques d'une telle opération?
Aucun, à condition que les contre-indications évoquées précédemment soient respectées et que les précautions d'asepsie rigoureuse soient prises pour éviter tout risque d'infection.

Peut-il y avoir "rejet" de l'implant?
A proprement parler, un rejet n'existe pas. Le rejet concerne les organes implantés dans l'organisme, comme par exemple la greffe d'un cœur provenant d'une autre personne. Cependant, comme pour toutes les techniques médicales, les échecs sont possibles. Ils peuvent être dus soit à une infection, soit à des mauvaises conditions de forage. Alors, l'implant devient mobile et douloureux. Il est retiré et on attend une nouvelle cicatrisation osseuse avant de pouvoir mettre un nouvel implant.

La Sécurité Sociale rembourse-t-elle les implants?
Non, les actes implantaires sont hors nomenclature, c'est-à-dire non remboursés par la Sécurité Sociale mais éventuellement pris en charge par une mutuelle complémentaire selon le contrat souscrit. Pensez à consulter votre Mutuelle Complémentaire ou un organisme de crédit ou bien encore votre banque. Nous vous conseillons de prendre votre décision en fonction de ce que vous pensez être le mieux pour votre santé orale et générale. Mieux vaut différer les paiements que les traitements.

Quel est le coût des implants?
En fonction des éléments fournis (bilan de santé, radiographies, modèles), de l'examen initial, un devis vous est remis. Combien coûte le traitement ?
Le coût d'un traitement varie en fonction de nombreux facteurs dont: le nombre de dents absentes et le nombre d'implants requis pour la mise en place de la prothèse.
il est intéressant de savoir qu'il n'est pas nécessaire de poser un implant pour chaque dent qui manque, mais que souvent des interventions pré-implantaires sont utiles pour assurer longue vie et pérennité de la prothèse ultérieure.




Une chirurgie dentaire plus confortable,

sans ouverture de gencive, sans cicatrice.

 

 

© IERI 2004 - plan du site